Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 11:00

 Esp_Granada_IMR_Chambre-avec-vue-012013--3b-.jpg

 

 

Suite de la recherche : les paysages de l’énergie andalous, à l’occasion d’un séminaire à Granada.

 

Les participants ont été accueillis au sein de l’Instituto de Desarrollo Regional de l’Université de Grenade. Le séminaire avait pour but principal de permettre aux chercheurs des quatre pays de prendre connaissance du terrain andalou et d’échanger sur les premiers résultats obtenus pour esquisser une comparaison à l’échelle internationale (voir le programme).

Les sorties de terrain dans la Sierra Nevada organisées par l’équipe espagnole ont largement contribué elles-mêmes à stimuler et à nourrir les discussions sur la comparaison des cas d’étude (voir le compte-rendu). Elles ont aussi constitué un fondement pour un retour réflexif sur les modalités mêmes de la construction de la comparaison, les concepts et le cadre théorique partageables qui en constituent le fondement.

 

La collecte de l’eau et des autres formes d’énergies renouvelables constituait le thème principal des visites de terrain. Je livre ici le fruit de ma propre collecte. 

 

Esp_Granada_IMR-012013--4-.jpg 

 

 

 

Esp_Granada_IMR-012013--6-.jpg

 

 

 

D'autres croquis andalous sont ici à découvrir.

 

 

Repost 0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 11:33

65 Aure Barrage

65_Vallée d'Aure_Massif du Néouvielle_Barrage de Cap-de-Long et d'Orédon (arrière-plan)_octobre 2012

 

Participation à la recherche en cours pilotée par le CEPAGE-ADES UMR 5185 CNRS, intitulée « Ressources paysagères et ressources énergétiques dans les montagnes sud-européennes. Histoire, comparaison, expérimentations ».

« Le projet vise à montrer comment le paysage, structure matérielle, construction symbolique et objet de médiation, peut constituer une entrée pertinente dans l’analyse et la conception d’un «espace énergétique». Il privilégie une méthode comparatiste à l’échelle sud-européenne et une démarche s’ordonnant autour d’une dialectique recherche scientifique/ expérimentation projectuelle. »
Pour plus d’information, voir le blog scientifique qui lui est consacré.

Ce travail s’inscrit dans le programme national de recherche "Ignis mutat res": "Penser l’architecture, la ville et les paysages au prisme de l’énergie”  (Ministère de la culture et de la communication, Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie”).

 

Dans le cadre de ma participation aux activités du CEPAGE, différentes actions de recherche ont donné lieu à des investigations de terrain, notamment des repérages et analyses paysagères in-situ – lecture croisée des paysages -  et des entretiens avec des acteurs locaux, dont des éleveurs de la vallées d’Aure. On cherche notamment à saisir les liens éventuels entre pratiques pastorales et aménagements hydroénergétiques.

Ce travail de terrain, réalisé à l’automne 2012, était une manière de poursuivre, d’une façon, ma recherche de thèse, et s’inscrivait dans l’encadrement d’un stage à destination d’une étudiante-paysagiste de l’Ensap de Lille, et de la participation conjointe à l’encadrement du séminaire « Recherche & Participation » à destination des étudiants-paysagistes de 4° année de l’Ensap de Bordeaux (voir le programme du séminaire).

 

 

65_Aure-lecture-paysage.jpg

65_Vallée d'Aure_Une pédagogie et une recherche en situation_Lecture-interprétation des "paysages de l'énergie"_octobre 2012


 

 

65_Aure-enque-te-paysage.jpg

 65_Vallée d'Aure_Enquête socio-paysagiste en situation_Paysage, pratiques pastorales et aménagements hydroélectriques_octobre 2012
   

 

Encadrant : R. Bercovitz, S. Briffaud, J. Carré, B. Davasse, D. Henry, C. Marlin, P. Roy

Consultant : V. André-Lamat, I. Sacareau, J.-F. Rodriguez

Période : 1 octobre 2012 – 30 janvier 2013

Lieux de travail : Bordeaux, Pyrénées, Vallée du Gave de Pau, Vallée d’Aure

Nombre d’étudiants : 8

 

 

Pour aller plus loin:

Rodriguez J.-F., 2012, "Paysages de l’hydroélectricité et développement touristique dans les Pyrénées. De la ressource naturelle au patrimoine culturel", Revue de géographie alpine, (en ligne

 

Voir également la vidéo de la communication de Jean-François Rodriguez, "Paysage de l'énergie en haute montagne et développement touristique", lors des 5° journées doctorales en paysage tenues à l'Ensap de Bordeaux en décembre 2012.

 

 

Il s’en suit, fin janvier 2013, la participation à un séminaire de recherche commun aux quatre équipes européennes impliquées, à Grenade (Espagne). Aperçu des paysages énergétiques andalous à venir…

 

 

 

 

Repost 0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 15:20

Faire connaître les pratiques de recherche scientifique en matière de paysage et en diffuser le plus largement possible leurs résultats est l'objectif que se sont donnés les organisateurs des 5° journées doctorales en paysage, du 13 au 15 décembre 2012, à l'Ensap de Bordeaux.

Ces vidéos sont aujourd'hui disponibles sur la chaîne Youtube JDPaysage.

Plus particulièrement, on peut retrouver la vidéo de ma communication : "Les paysages de l'affectif".

 

JDPaysage-_vide-o-comm.png

 

 A voir également, mon interview à propos de l'objet et de l'enjeu de mener une recherche doctorale en tant que paysagiste.

 

JDPaysage_itw.png

 

 

 

Repost 0
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 00:29

Invitation soutenance thèse D Henry 270912

 

J'ai le plaisir de vous informer que je soutiendrai ma thèse, intitulée:

 

"Entre-tenir la montagne"

Paysage et ethnogéographie

du travail des éleveurs en montagne pyrénéenne

Hautes vallées du Gave de Pau, de Campan et d'Oueil-Larboust

 

 

Le jeudi 27 septembre 2012 à 14h, salle du Château, Université Toulouse II-Le Mirail 

(localisation:  au sein du parc, à gauche du plan)

 

 

Composition du jury :

Jean-Paul Métailié, directeur de recherche, CNRS, GEODE UMR 5602, Univ. Toulouse Le Mirail (directeur)

Serge Briffaud, maître-assistant ENSAP de Bordeaux, CEPAGE, ADES - UMR 5185 - Univ. de Bordeaux (co-directeur)

Isabelle Sacareau, professeur de géographie, ADES UMR 5185, Université de Bordeaux III (rapportrice)

Yves Michelin, professeur VetAgro Sup, UMR Métafort, Campus Agronomique de Clermont-Ferrand (rapporteur)

Marlène Albert-Llorca, professeur émérite d’anthropologie, LISST-CAS UMR 5193, Univ. Toulouse Le Mirail

Michel Meuret, directeur de recherche, INRA-SAD, UMR 0868 SELMET, Montpellier

Martin de la Soudière, chargé de recherche, CNRS, Centre Edgar Morin, Paris

 

 


Repost 0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 09:15

 

13 et 14 décembre 2012

Ecole nationale supérieure d'architecture et du paysage de Bordeaux

 

Sous l’égide du Ministère de l’Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement, l'ensapBx organise les 5ème Journées doctorales en paysage.

Ces journées ont pour objet de rassembler des doctorants et néo-docteurs dont les travaux portent sur le paysage. 

''Elles proposent ainsi à des jeunes chercheurs venus de différents horizons disciplinaires un échange relatif à leurs problématiques et à leurs méthodes. Ces journées sont aussi l’occasion d’un bilan sur les tendances actuelles de la recherche paysagère et sur ses relations aux grands chantiers de l’action publique dans le domaine du paysage et, plus largement, de l’aménagement, de l’environnement, du développement et du patrimoine''. (Extrait de l'appel à contribution).

 

Calendrier

10 juin 2012 : date limite de soumission des résumés et pré-inscription.
6 juillet 2012 : notification des décisions, programme définitif.
30 octobre 2012 : date limite de réception des articles.

 

Plus d'informations, appel à contribution et contacts: site de l'ensapbx

Repost 0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 11:10

‘’On entretient par la fauche et par le pacage tout le bas de la vallée. Si vous ne le fauchez pas, vous ne pouvez pas l’entretenir. C’est une façon de travailler et c’est une façon de vivre au pays.’’ 

Éleveur bovin, Oueil-Larbourst (31)


La manière dont les éleveurs tiennent et entretiennent la montagne conditionne pour une part non négligeable l’aspect des paysages d’aujourd’hui et des paysages de demain.

Se poser la question des manières de faire des éleveurs, de voir la montagne et de se représenter son travail en matière d’entretien des espaces pastoraux de montagne rejoint une question qui concerne l’action. Comment les éleveurs, toujours moins nombreux, travaillent aujourd’hui dans des paysages qui ne cessent de se transformer depuis un siècle ? Comment la fonction de production de l’élevage en montagne pourrait demain participer à entretenir les espaces pastoraux avec un nombre réduit d’éleveurs ?

Mon travail de recherche s’intéresse à cette notion d’entretien de la montagne à partir de ce qu’en disent les éleveurs ; à partir du sens qu’ils prêtent à cette notion et à partir du travail qui la réalise... Et à partir du paysage.

Faucher et faire pacager pour entretenir, c’est une façon de travailler et c’est une façon de vivre au pays explique cet éleveur. L’entretenir des éleveurs est une notion à géométrie variable : de l’un à l’autre, d’une vallée à l’autre, le sens de l’entretien diffère, comme le degré d’entretien des parcelles. Néanmoins, un dénominateur commun se dégage par le caractère englobant de la notion.

 L’entrée paysage qui est la mienne s’explique en effet par le caractère spatial du travail agricole qui s’inscrit dans les paysages. Si ce n’est pas l’entretien du paysage au sens esthétique du terme qui est recherché par les éleveurs, se dégagent néanmoins de certaines pratiques, des formes d’attentions sensibles au travail, à la manière dont il se donne à voir, mais aussi à la manière dont on peut en être fier. L’ensemble dessine des paysages à dire d’éleveur.

 

 

L'entretien de la montagn copie 

 

 

En haute vallée du Gave de Pau comme à Campan ou en Oueil-Larboust, derrière la paisible apparence des verts pâturages pyrénéens, c’est une diversité et une complexité qui se livre à l’analyse des paysages : diversité et imbrication des logiques d’utilisation des espaces pastoraux ; variété des motivations et des profils professionnels où l’éleveur n’est rarement qu’éleveur. Celui-ci, d’ailleurs, ne gère ni que de l’herbe ni seulement son troupeau.

La démarche ethnogéographique mise en œuvre s’intéresse aux sens et aux significations que l’éleveur attribue à ses pratiques les sachant pour beaucoup visibles dans les paysages et ainsi perceptibles aux regards d’autrui ; ceux des collègues voisins comme ceux de la société locale. Il est alors à supposer que les paysages pastoraux sont aussi composés d’attentions sensibles et d’attachement au « travail bien fait », qui font le « propre » et l’entretenu des paysages.

 

Repost 0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 10:53

 

Prog-JS-PNP_Oct-2011.jpg

Le Parc national des Pyrénées organise ses premières journées scientifiques.

 

À cette occasion, il souhaite présenter les travaux qu’il mène en collaboration avec ses partenaires et désire partager, tout particulièrement avec les habitants des vallées du parc national, les connaissances acquises sur le patrimoine valléen (voir programme).

 

L’invitation faite à communiquer durant ces journées scientifiques me permettra de présenter quelques principaux résultats de ma recherche doctorale, aux agents du Parc et aux habitants des vallées.

« Le paysage, il est beau, il est entretenu, mais c’est pas nous qui broutons... »
Une lecture des paysages pastoraux pyrénéens avec les éleveurs

L’objet de cette communication visera à présenter une lecture des paysages pastoraux par le prisme d’une notion propre aux éleveurs que j’ai eu la chance de rencontrer dans les trois vallées pyrénéennes étudiées. Cette notion est celle de « l’entretien » tout à la fois des herbages, des terrains, de la montagne...

Abordée dans une perspective ethnogéographique (voir article), c’est-à-dire une perspective attachée à ce qui faits sens pour les éleveurs, ma présentation orale et dessinée visera à dresser les contours d’une notion englobante qui associe à l’entretien des terrains autant un travail productif d’animaux, de ressources fourragères et d’espaces pastoraux qu’un travail productif de sens, de valeurs, de relations sociales et d’identité.

L’entrée par le paysage s’intéresse ainsi aux sens et aux significations que l’éleveur attribue à ses pratiques, les sachant pour beaucoup visibles dans les paysages et ainsi perceptibles aux regards d’autrui ; ceux des collègues voisins comme ceux de la société locale. Il est alors à supposer que les paysages pastoraux pyrénéens sont aussi composés d’attentions sensibles et d’attachement au « travail bien fait » qui font le « propre » et l’entretenu des paysages.

 

Repost 0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 12:21

 

Le 17 mars dernier se tenait à l’Ecole nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux, la première journée doctorale en architecture et en paysage (lien).

Occasion était de présenter nos recherches en cours, d’échanger, entre doctorants, de nos questionnements et de la petite cuisine de la thèse au quotidien, et de faire exister la recherche architecturale et paysagiste au sein de cet établissement.

En plus d’une communication, un poster devait résumer les communications, problématiques et terrains de recherche. 

 

JD Ensap Poster D Henry

Repost 0
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 10:24

 65 Campan Pradille

65_Campan_Un paysage, des pratiques pastorales_juillet 2010 

 

L’activité du champ se consacre pour partie à la recherche en paysage. En cours, un doctorat de géographie, réalisé auprès du laboratoire Géode (UMR 5602, CNRS - Université de Toulouse II - Le Mirail) et de l’équipe de recherche Cepage de l’Ensap de Bordeaux, étudie les paysages pastoraux pyrénéens, par l’analyse comparée de trois vallées pyrénéennes : l’Oueil-Larboust (31), la vallée de Campan (65) et la Haute vallée du Gave de Pau (65).

 

Questionnant « l’entretien de la montagne Pyrénéenne », cette recherche en paysage tente de mettre à jour et de renseigner les modes d’adaptation, tactiques ou projets des éleveurs locaux pour faire face aux évolutions des paysages et aux transformations de la société rurale en montagne. Au sein d’une démarche d’ethno-géographie paysagiste, les méthodes mobilisées combinent l’analyse diachronique de la matérialité des paysages, à l’étude des pratiques d’élevage et au point des vue des éleveurs.

 

Suite aux Secondes journées doctorales en paysage, organisée les 03 et 04 décembre 2009 à l’Ensnp de Blois, où un poster a été présenté, un article fait plus amplement état des méthodes mobilisées et de quelques résultats de cette recherche en cours. Publié dans la revue électronique Projet de paysage (revue scientifique sur la conception et l’aménagement de l’espace), l’article est à retrouver ici.

Repost 0

Dans Quel Champ?

  • : Le champ d'à côté
  • Le champ d'à côté
  • : Le champ d’à côté dessine un espace de réflexion, de conseil et de projet en matière de paysages agricoles et ruraux. Son champ d’activité ? Le projet de paysage, l’enseignement et la recherche en paysage. Ses échelles de travail? Du jardin aux vastes étendues agricoles des paysages ruraux et péri-urbains Ses modes de travail? Une combinaison de méthodes: le parcours prolongé du terrain, l’exercice de représentation graphique, l’étude des pratiques sociales et des pratiques agricoles, l’enquête des perceptions paysagères et l’analyse diachronique des paysages. Entre travail de terrain et rencontre d’acteurs des paysages, entre analyses et partage de connaissances, entre dessin in-situ et propositions d’actions, entre recherche et projet, notre travail aborde ainsi le projet de paysages à travers champs.
  • Contact

Recherche